fbpx

Sauvons les arbres des Feuillantines

A Genève, la législation sur les forêts précise que sont considérés comme forêts les peuplements boisés présentant toutes les caractéristiques qualitatives d’une forêt, exerçant une fonction forestière qui sont, en principe, âgés d’au moins quinze ans, s’étendent sur une surface d’au moins 500 m² et ont une largeur minimale de 12 mètres, lisière appropriée comprise (art. 2 al. 1er LForêts).

Éditorial
À propos du NON À CETTE CITÉ DE LA MUSIQUE
 
On veut maintenant un BON projet concerté.
Et la préservation des Feuillantines.
 
Pourquoi… le NON à cette cité de la musique en quelques mots.
Nous ne pouvons nous taire. Impossible… Se taire, c’est consentir.
 
Quelques imparables vérités et constatations sur ce projet :
✅ Dans le cadre de ce projet, l’abattage prévu de 130 arbres est très incohérent au jour d’aujourd’hui.

✅ Des atteintes irréversibles à cette précieuse biodiversité en plein coeur du quartier international des Nations Unies.

✅ Des atteintes environnementales et patrimoniales à une parcelle qui abrite une forêt et un patrimoine de qualité exceptionnelle, qui par chance, ont été conservés jusqu’au jour d’aujourd’hui.

C’est plus que risible et même très inquiétant, quand on sait que cela se passe à 2 pas du Palais des Nations dont l’organisation implore la planète entière à agir d’urgence pour protéger la biodiversité, la nature et le climat et soutenir un développement durable.

✅ Quid de la cohérence de l’ONU dans toutes ses actions ?
✅ Et de son silence ?? Que ces actions soient internationales ou locales.
✅ Quid de l’éco-responsabilité des porteurs du projet ?
L’éco-responsabilité commence par la préservation de nos biotopes. Pas le contraire.
✅ Quid de la responsabilité environnementale de toutes les institutions et de nos élus qui ont soutenu ce projet ?
✅ Quid de la responsabilité de la Fondation Hans Wilsdorf qui finance (donc… cautionne) en grande partie la construction de cet imposant immeuble ?
✅ La fondation a-t-elle une charte éthique ou une charte environnementale pour les guider dans leurs nombreux investissements ?
Comme déjà dit maintes fois, la déception est grande face à ces interrogations.
✅ Comment a-t-on pu cautionner un tel projet aux plus hauts échelons de notre état et de notre ville SANS aucune étude sérieuse d’impact environnemental ? C’était le b.a.-ba…
✅ Non seulement CAUTIONNER mais également FINANCER en partie par des deniers publics.
✅ Alors qu’il y a toujours eu, de tous temps, un mariage, une incroyable symbiose entre la musique et la nature. A-t-on tout d’un coup complètement oublié cette magnifique symbiose ?

Tant de questions sans réponses aujourd’hui.
Que d’arrogance quand nous entendons les nombreux arguments des porteurs de ce projet.

Comme le conseiller municipal, Philippe De Rougemont, l’a aussi rappelé, laisser la forêt des Feuillantines à nos enfants est une notion de durabilité importante.

Je rajouterai une durabilité NÉCESSAIRE et INDISPENSABLE, encore plus aujourd’hui. Sinon que laisserons-nous aux générations futures ?
 
Le RÉSULTAT de la votation référendaire du 13 juin est clair.

À ce stade, qui veut d’un déni de démocratie supplémentaire ? Nous NON. Pas du tout. À moins que l’on nous y force… Alors là…

Il est indéniable qu’il faut étudier une nouvelle variante qui respecte la protection pleine et entière de la biodiversité, la sauvegarde des arbres et du patrimoine en ville et dans notre canton.

À ce sujet, Sauvegarde Genève a lancé une procédure auprès de l’OCAN (Office cantonal de l’agriculture et de la nature) dans une très officielle demande de constatation forestière pour les Feuillantines avec notre conseil juridique. Nous agissons pleinement et consciemment en accord avec nos statuts.

Bien entendu, nous voulons une cité des musiques vraiment ouverte à toutes les musiques comme tant de musiciens réclament. TOUTES les musiques sont bonnes.

Il est totalement possible de créer un BON projet dans un véritable esprit de concertation. Des solutions existent en redimensionnant celui-ci.

Mais pas aux Feuillantines à la place des Nations que nous devons absolument préserver.
NON… non et non !

Ces massacres d’arbres trop nombreux et ces atteintes contre notre biodiversité dans tout le canton ne peuvent plus continuer à se faire impunément !

Chaque projet doit apporter une plus-value nette pour l’environnement, le climat et le bien-être des citoyens. Pas le contraire.

Je le rappelle… Nous voulons dans notre ville et canton des porteurs de projets et des investisseurs RESPONSABLES. Et des projets avec un apport positif ? vis-à-vis de notre environnement, sans ne plus faire d’impasse.

Je rajouterais que les autorités cantonales souhaitent augmenter la canopée (des arbres ?) à 30 %, d’autant plus en ville. Et la ville de Genève a décrété l’urgence climatique en février 2020 et doit vraiment s’y tenir.

????
Jean Hertzschuch
président
Sauvegarde Genève

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez pour la noter !

Comme vous avez trouvé cet article utile...

Améliorons cette publication !

Comment pourrions-nous améliorer cette publication ?

Partagez
green-leafed tree at daytime

Inscription à la newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

Vous vous êtes inscrit.e avec succès

Aller au contenu principal